mercredi 19 octobre 2011

Sans toit

Mes nuits sont plus froides que vos jours...







19 commentaires:

  1. without a roof in the middle of welfare
    unpleasant and strange feeling
    in Sweden there are many homeless
    why ....... there is resources
    it's about allocating resources
    are we willing to share with us?
    we don't really need all that we have
    important question to ask yourself

    Greetings, Susanne

    RépondreSupprimer
  2. Não há palavras mas sinto. Retratos diários que doem.
    Beijo

    RépondreSupprimer
  3. Cruda realidad y perfectamente reflejada por tu cámara...buen trabajo, Maia!!!

    Me ha gustado mucho, también, esa serie sobre Marrakech...un gran abrazo!!! ;)

    RépondreSupprimer
  4. Juste une larme.
    Pour eux ...
    Pour lui ...
    Pour elle ...

    Je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  5. singulares reportajes maia, tanto de los lectores como de los sin techo. saludos

    RépondreSupprimer
  6. No sé que decir. Remueven la mala conciencia. La sociedad tendrá su parte de culpa pero cada uno de nosotros también, por nuestra indiferencia.
    Un cálido abrazo maia.

    RépondreSupprimer
  7. À la manière de Doisneau...

    Ceux que l'on appelle chez nous les itinérants ne sont pas près de disparaître si l'on en juge par la situation de l'économie mondiale de part et d'autre de l'Atlantique.

    RépondreSupprimer
  8. il est des nuits révélatrices
    dont nous ne pouvons certes pas être fier
    Reste la chaleur de nos coeurs...
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Le froid arrive et il serait inhumain de ne pas penser à tous ces sans abris qui ont la vie bien rude !!! Misère qui envahit de plus en plus nos paysages dans des temps bien difficiles, pas du tout certaine que le modernisme et le capitalisme soient des valeurs sures qui améliorent nos conditions de vie, bien plus convaincue qu'au moyen âge on aurait laissé personne dormir dehors !!!

    RépondreSupprimer
  10. Voici ce que j'ai trouvé sur le net:

    Il est là, c'est le soir,
    Drapé d'un vieux manteau
    Allongé sur l'trottoir,*
    Que la peau sur les os

    Il attend, insensible
    À l'odeur des poubelles
    Que quelque un de sensible
    Lui donne un pan de laine

    Il ne possède rien,
    Ni toit, ni sous, ni pain
    Errant des heures entières
    Il attend la lumière

    Il espère bien, qu'enfin
    Quelqu'un sur son chemin
    Sensible à la misère
    Vers lui, tendra la main

    La nuit s'est évanouie
    Et le jour s'est levé,
    Là, une forme gît
    Sur le bord des pavés.

    AERON

    J'avoue Maïa ne pas pouvoir les photographier
    Probablement du "sensibilisme" déplacé
    Je vous embrasse
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  11. Triste realidad frente a tus magníficas fotografías...
    Un abrazo.

    RépondreSupprimer
  12. Buenas fotos pero horribles situaciones, por desgracia cada vez mas frecuentes en nuestra sociedad.
    Un abrazo.

    RépondreSupprimer
  13. Je dédie tous vos messages à ceux qui dans la rue ce soir, ne pourrons pas les lire. Que vos pensées leurs tiennent chaud.

    I dedicate all your messages to people in the street tonight, who can not read them. And I hope they have less cold.

    Dedico todos vuestros mensajes a los que pasaran nueva noche en la la calle. No podran leerlos, pero espero que pensar asi en ellos les ayudaran a tener menos frio. .

    RépondreSupprimer
  14. Fotografias que retratam uma realidade cada vez maior imposta por uma ditadura económica....
    Cumprimentos

    RépondreSupprimer
  15. Nice and really like the second photograph ...

    RépondreSupprimer
  16. il commence à faire froid la nuit et c'est insupportable de voir les sans-abris dormir sur des cartons !
    rappelles moi, dans quel siècle on est ???
    bisous Maïa

    RépondreSupprimer
  17. This is so sad and I'm afraid it's going to be more and more common as the economic situation goes from bad to worse!... Great photos though.

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails